La graveleuse : épilogue

Le début du mois de Juillet 2022 a vu naître du côté des Hautes Alpes, un tout nouvel événement gravel. Une épreuve type longue distance en gravel qui sillonne le département, à la découverte de ses plus belles pistes. En autonomie complète sur trois parcours allant de 230km à 600km, une petite quinzaine de passionnés se sont retrouvés pour partager cette aventure.

Soirée d'avant le départ

Il est 19h ce vendredi 1er Juillet. Au camping de la Cabane à Saint Crépin, c’est l’heure des premières poignées de mains. Tout le monde semble très content de venir participer à cette première édition de la Graveleuse.

La météo annonce grand beau pour les 4 jours à venir. Grand chaud aussi, mais ce soir nous n’y accordons aucune importance. Pour le moment les bières sont fraîches c’est l’essentiel.

Réuni autour de la carte, nous pointons un à un les passages clefs du parcours. Le temps de revenir sur les difficultés de ravitaillement et les pistes délicates.

S’en suit une soirée agréable entre partages d’expériences, échanges de bon plans et découverte du matos fait maison par Alexandre. Tous les ingrédients sont réunis pour que cette soirée s’éternise. Mais le rendez-vous fixé demain à 6h nous impose d’aller se reposer.

A vos marques, Partez!

Jour 1

Samedi 2 Juillet 2022, 6h du matin au plan d’eau d’Eygliers. Départ de la première édition de la Graveleuse. Nous sommes 14 et avons hâte de partir à l’assaut des pistes Hauts Alpines.

Déjà, les premiers pépins : entre l’oublie d’un porte feuille au camping et un pneu tubeless qui ne veut pas claquer, le départ patauge un peu. 6H15, ça y est tout le monde est fin prêt, et c’est parti !

500m après le départ, le groupe se divise en deux : 7 vers le nord et les parcours 230 km et 600km, et 7 plein sud pour le 380km.

Lorsque le soleil pointe son nez, c’est l’électrochoc. Il fait déjà chaud, trop chaud. Bien plus que les pourcentage à deux chiffres de certaines côtes, c’est contre lui qu’il faudra mener le combat.

Les organismes sont à rude épreuve sur cette première journée. Entre soucis mécaniques et souffrances physiques, elle sera ponctuée par deux abandons. Louison et Mickaël quittent l’aventure.

 

Jour 2

Entêté et assidu, le soleil illumine déjà la deuxième journée. Encore plus que la veille il éprouve les participants. S’arroser régulièrement, remplir les bidons le plus souvent possible, et éventuellement pouvoir se baigner pour descendre en température. Il impose son propre tempo aux cyclistes.

Hadrien et Philippe ont trouvés le leur et bouclent le parcours nord dès le fin de cette deuxième journée. Bien joué les gars !

Sur le 380km, Damien doit écourter. Il laisse Patrick, son compagnon de route, sur un bivouac 4étoiles avec vue sur le lac et eau courante à deux pas de Crévoux. Ils ont composé un duo de choc sur ces deux premières journées.

Quand à Joseph et Mathieu, ils ont atteint l’objectif qu’ils s’étaient fixé, rouler, profiter et rentrer avant d’en avoir marre.

Partir ensemble, rouler ensemble et finir ensemble. C’est l’état d’esprit du petit groupe emmené par David. Les impératifs professionnels les poussent à s’écarter de la trace dès la fin de cette deuxième journée. Ils rentreront au camping demain matin asséchés mais contents.

Depuis la veille, un groupe de trois résistants arpente le 600km. Au terme d’une deuxième journée trop chaude, Simon, Alexandre et François se réfugient dans une cabane au dessus du lac de Saint Appolinaire.

Jour 3

Troisième jour d’aventure, il est environ 14h quand Partick retrouve les rives du plan d’eau d’Eygliers. Il sera le seul à boucler le 380km. Bravo à lui.

Dans le même temps, l’orage cueille les trois rescapés du grand parcours. Un coup de frais bien mérité. Mais fin de l’aventure pour Alexandre qui casse malheureusement son axe de roue arrière.

Au soir du troisième jour, seuls deux participants sont encore en route, Simon et François. Ils achèvent cette journée par un bivouac au dessus de Seynes les Alpes. La journée du lendemain s’annonce chargée en kilomètres.

Jour 4

Malgré des impératifs serrés, nos deux baroudeurs continuent de rouler et s’offrent un Parpaillon au soleil couchant. Finalement, c’est vers minuit qu’il rallieront l’arrivée. Le Guil aura gardé au frais la bière d’arrivée bien méritée. Belle détermination.

La première édition de la Graveleuse s’achève ainsi. Des sourires, de la fatigue, des souvenirs, des vélos à réparés, du sommeil à récupérer, des organismes à réhydratés mais aussi de l’entraide, et du partage.

Cette version d’essai a satisfait toutes nos attentes. Nous avons adoré la simplicité et la convivialité du premier soir. C’était génial de voir se former ces petits groupes de 2 ou trois personnes qui ne se connaissaient pas et qui se sont serrés les coudes tout au long de l’aventure.

Et après...

Au terme de cette aventure, nous avons soigneusement noté tous vos retours sur l’itinéraire proposé. Nous allons pouvoir y apporter quelques améliorations en vue des prochaines éditions. Car oui, il y aura bien d’autres. La Graveleuse était une version d’essai, un événement en mode test.

Le 1 Juillet 2023, ce sera la version officielle de la Graveleuse qui s’élancera du plan d’eau d’Eygliers. Cet événement 100 % Haut-alpin s’offrira un nouveau nom : Gravel En Durance !

Alors à vos agendas, notez la date et prévoyez des gros pneus et des petits développements…

Gravel En Durance

Jours
Heures
Minutes

En attendant le départ, retrouvez le parcours intégral téléchargeable gratuitement

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.